Finale du Hackathon Tech4DRights: les solutions « Believe » et « E-Réinsertion », lauréates

Lancé le 02 novembre dernier par le CACIT et l’OMCT avec l’appui financier de la Commission Européenne à travers l’Union Européenne au Togo, la finale du concours Hackathon dénommé « Tech4DRights » s’est tenue comme prévue à l’incubateur NunyaLab ce 08 novembre 2021. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la  »Rencontre citoyenne sur les solutions innovantes pour des réponses adaptées à l’amélioration des conditions de détention dans le contexte de la COVID-19 au Togo » et avait pour but d’apporter des solutions innovantes et durables pour pallier les conséquences
des restrictions liées à la fermeture des prisons en raison de la COVID-19. Ce concours lancé en collaboration avec plusieurs structures travaillant dans le domaine de l’entrepreneuriat, l’innovation et la recherche dont Nunyalab, le FAIEJ, CERDI et bien d’autres a permis de regrouper pour la finale 05 équipes composées de 03 membres chacune proposant 05 solutions différentes.

A l’issue de la finale de ce concours qui marquait la présence de l’Union Européenne, des représentants des différents partenaires, des membres de l’administration pénitentiaire dont Mme Kodjolo Eugénie, Responsable population carcérale à la DAPR et des membres du jury, deux meilleures solutions dont « Believe » et « E-Reinsertion » ont été respectivement proclamées lauréates par le jury. Ces deux solutions contribueront à la lutte contre la surpopulation carcérale et la récidive et feront l’objet d’un plaidoyer auprès des différentes institutions étatiques. Comme le mentionne si bien M. AWASSIAH Koffi Junior, Tech entrepreneur et promoteur de l’équipe « Believe » qui exprime en ces termes: « Nous avons participé au hackathon (Tech4DRights) organisé par le CACIT et ses partenaires. Nous avons proposé la solution BELIEVE, une plateforme de gestion des bracelets électroniques. L’idée derrière, c’est de mettre ces bracelets aux personnes qui ne sont pas forcément obligées d’aller en prison pour purger leur peine. A partir dudit bracelet, le juge pourrait restreindre le déplacement de ce détenu par rapport à sa maison ou son lieu de travail. C’est un concours qui nous a vraiment plu parce qu’il constitue une toute première initiative de pouvoir penser aux détenus de solutions réelles et ça a permis a tous les participants de converger leurs idées pour trouver des solutions diverses. Nous espérons que dans un futur proche, nous pourrons converger toutes ces solutions innovantes pour mettre en place une solution qui va rehausser le niveau de vie des détenus dans les centres pénitentiaires « . Pour le second prix obtenu par M. TOWENAKOU Arnold, ingénieur et promoteur du projet « E-Réinsertion » qui n’a pas hésité à manifester sa joie et sa reconnaissance aux organisateurs et a précisé que le but de leur solution contribue au problème d’un manque de suivi adéquat après la réinsertion familiale d’un ancien détenu. « Notre solution permettra que ce dernier soit suivi en impliquant ses parents via notre application mobile. Ces derniers pourront alerter les organisations qui travaillent avec la DAPR dans le cas où cet ex-détenu compte récidiver. Ainsi ils pourront le suivre de façon propice, ceci permettra de diminuer de facto le taux de récidivistes et le taux de la population carcérale ».

Ce concours vise à accompagner l’État pour relever les défis liés aux conditions de détention, de réinsertion, de la surpopulation carcérale au Togo. Cette initiative amène le Directeur Exécutif du CACIT, Ghislain K. NYAKU a affirmé que: « Nous avons initié le projet afin de voir dans quelle mesure des réponses pourront être apportées par des acteurs n’étant pas du domaine des droits de l’Homme mais du numérique. Un accord formel sera établit entre Nunyalab, le CACIT, l’OMCT et d’autres partenaires, pour accompagner ces jeunes à rendre concrètes les solutions qu’ils ont proposé. Une action de plaidoyer sera également faite à l’endroit des autorités togolaises et d’autres acteurs, notamment ceux exerçant en milieu carcéral, afin que ces solutions soient implémentées dans les 13 prisons civiles du Togo. »

« J’ai été très satisfaite de la présentation des projets réalisés. J’ai senti qu’il y a des jeunes togolais qui s’intéressent à la matière et qui pensent à leurs frères et sœurs qui sont en détention et qui voudraient trouver des moyens pour réduire le taux de prisonniers du pays », s’est réjouie Eugénie Kodjolo, chargée du suivi de la population carcérale de l’action sociale et de la réinsertion.

Share on twitter
Share on facebook
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publications similaires

Restez au courant

Abonnez-vous à l’une de nos newsletters pour recevoir une notification directement par email à chaque nouvelle publication.

[Promis, nous ne partagerons pas votre e-mail avec personne.]

COLLECTIF DES ASSOCIATIONS CONTRE L'INPUNITÉ AU TOGO.

Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) est créée suite aux violences que le Togo a connues avant, pendant et après les élections présidentielles de 2005. C’est un réseau de quatorze (14) associations et ONGs apolitiques et à but non lucratif afin de contribuer à l’amélioration de la situation des droits de l’Homme, au renforcement de la démocratie et de la bonne gouvernance au Togo.

Copyright 2022 © CACIT-TOGO